Baisse d'audition, malentendant ou sourd, appelez-nous via Acceo

Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Le-Conseil-departemental

Expression des groupes politiques

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Aucun enseignant ne sera de trop

La crise sanitaire a fortement impacté le quotidien des écoles et des collèges. Il était donc important de garantir la sécurité des enfants et des jeunes tout en évitant les décrochages scolaires. Les communes et le Département se sont pleinement engagés dans cette stratégie auprès des équipes éducatives.

Le Département a alloué des moyens supplémentaires aux collèges, favorisé le développement de l’Espace Numérique de Travail, mobilisé 2 500 ordinateurs portables pour les familles sans solution, appliqué la restauration gratuite… A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle.

Les familles se mobilisent, les enseignants font preuve d’une capacité d’adaptation hors norme, les collectivités locales trouvent des solutions quotidiennes et le gouvernement décide lui d’aller à contre-courant en annonçant, une nouvelle fois, la suppression de postes d’enseignants ! C’est tout simplement inadmissible.

Nous demandons le maintien du nombre de postes d’enseignants sans aucune suppression pour l’année scolaire 2021-2022. Aucun enseignant ne sera de trop pour éviter les décrochages et les retards scolaires.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Précarité des jeunes : quel soutien ?

L’action sociale est l’une des compétences prioritaires du Département notamment par le biais du RSA. Il a vu son nombre d’allocataires augmenter de 4% depuis le début de la pandémie.

Depuis 2020, les emplois précaires ont été touchés, encore plus chez les jeunes, ce qui rend leur situation préoccupante.

Entre perte d’emploi, problème de logement et financier, le département se doit de les soutenir pour ne pas sacrifier une génération.

En février, le Département a validé le rapport d’exécution 2020 de la convention d’engagement dans la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Le Groupe Union Action 62 veut mettre l’accent sur le suivi des jeunes bénéficiaires du RSA pour la reprise d’un emploi.

Pour un jeune, (re)trouver du travail s’avère être difficile. Dans ce cadre, notre groupe souhaite que le suivi avec Pôle Emploi soit renforcé. Rappelons que le Département a d’autres dispositifs pouvant les accompagner comme l’aide au BAFA ou encore au Permis Engagement Citoyen.

Maïté MULOT-FRISCOURT
Présidente du Groupe Union Action 62

Groupe Rassemblement National

Réforme des retraites : tous perdants ?

La réforme des retraites, appelée à être votée à l’été 2020, est sur les rails : salariés, cadres intermédiaires, fonctionnaires, ouvriers, artisans ou petits commerçants peuvent d’ores et déjà s’inquiéter…

Le rapport du Haut-Commissaire à la réforme des retraites préconise le passage de 42 caisses à un régime universel à points, chaque euro cotisé donnant les mêmes droits à chacun… avec toutefois des incertitudes quant à de possibles baisses, à l’avenir, de la valeur du point. Dans ce système, il reste possible de faire valoir ses droits à la retraite à 62 ans… avec une décote de 5 % par an par-rapport à "l’âge-pivot" de 64 ans !
Mais une autre proposition est apparue : celle d’un nouvel allongement de la durée de cotisation, qui serait portée plus tôt que prévu à 43 ans. Il serait là aussi possible de partir à 62 ans, mais avec une sévère décote puisque bien peu de personnes auront commencé à travailler suffisamment tôt (à l’âge de 19 ans) pour compter le nombre de trimestres nécessaires à une retraite à taux plein. Dans les faits, la plupart d’entre nous devraient travailler au-delà de 65 ans.

Dans tous les cas, le niveau de vie des retraités baisserait en moyenne de 25 %. Tout ceci, bien sûr, au nom de l’équité et de la simplification du système…
Finalement, quelle que soit l’option choisie, les perdants sont déjà connus : les Français les plus modestes !

François Vial

Président du groupe Rassemblement National

Groupe Communiste et républicain

2021, objectif emploi

Avec l’apparition et le développement de la COVID19, 2020 a été rude tant d’un point de vue sanitaire qu’économique et social.

Il est difficile de garder un travail quand on est en CDD, intermittent, intérim ou encore saisonnier. Beaucoup de TPE et de commerçants ne tiennent pas face à la crise malgré tous leurs efforts. Or nombre de grandes entreprises et groupes profitent de la situation pour licencier et fermer des sites entiers. Notre territoire n’est pas épargné avec les fermetures de Bridgestone et de Maxam.

Le gouvernement a injecté des centaines de millions d’euros dans les grandes entreprises sans imposer de contre parties en terme d’emplois et d’investissements. Par contre il laisse seuls les Départements face à la hausse du nombre d’allocataires du RSA et des dépenses supplémentaires induites.

Loin d’être inactif, Le Département a renforcé ses actions en faveur de l’insertion, de l’emploi des jeunes ou le soutien à 600 projets ruraux.

Les collectivités auraient eu bien besoin des 20 Mds€ d’exonération d’impôts faits aux grandes entreprises pour poursuivre l’investissement et leurs actions auprès des habitants et de ceux qui participent à la vie sociale, culturelle et économique.

Ludovic GUYOT

Président du groupe communiste et républicain

Groupe Démocrates

Investir dans l’avenir

2021 s’annonce malgré tout porteuse d’espoir avec la Loi de Finances du 29 décembre dernier, axée sur la relance de l’économie avec 100 milliards d’euros pour endiguer la récession générée par les cruelles et inévitables retombées de la pandémie qui continue à sévir et qui ne nous laisse pas entrevoir le bout du tunnel dans l’immédiat… 20 milliards sont consacrés aux dépenses d’urgence pour les secteurs les plus durement touchés… l’hôtellerie-restauration, le tourisme, la culture , l’événementiel… et surtout au niveau des domaines qui concernent les jeunes dans leur devenir… mesures également en faveur de la croissance verte et des collectivités locales impactées dans l’emploi, l’entreprise… la cohésion sociale et territoriale dangereusement fragilisée… Le gouvernement veut concrétiser la mise en œuvre du plan grâce à l’implication de chacun indispensable pour relever le défi.

Evelyne DROMART

Présidente du Groupe Démocrates

 


Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.

En application de l'article L3121-24-1 du Code Général des Collectivités locales, cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus.

Les contenus publiés ici sont sous la responsabilité des groupes politiques désignés.