Baisse d'audition, malentendant ou sourd, appelez-nous via Acceo

Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Actualites/ARCHIVES/2020/Actualite-Education

Suppressions de postes dans les établissements scolaires : "une décision inadmissible"

Publié le 11 février 2020

Alors que le Département du Pas-de-Calais continue d’investir sans relâche pour améliorer les conditions de travail des élèves et des équipes, avec un budget de 90 millions d’euros consacré à l’Éducation en 2020, l’État à l’inverse retire les moyens humains dans les établissements scolaires. Une situation que dénonce avec force le Président du Conseil départemental Jean-Claude LEROY.

Le Conseil Départemental de l’Éducation Nationale (CDEN) s’est tenu le lundi 10 février 2020 en Préfecture à Arras et les services de l’État ont annoncé à cette occasion de nombreuses suppressions de postes d’enseignants. Le Pas-de-Calais est un des départements français où les besoins sociaux sont parmi les plus importants. Pourtant, l’Académie de Lille est la plus impactée de France en termes de suppressions de postes.

Une décision particulièrement injuste selon le Président du Département Jean-Claude LEROY :

 

53 postes supprimés dans les écoles élémentaires du Pas-de-Calais, y compris dans le secteur rural et les RPI (Regroupements pédagogiques Intercommunaux) qu’on nous disait sous protection… Les écoles de nos villages ne sont pas une variable d’ajustement des effectifs !

La situation irrite d’autant plus le Président LEROY qu’elle va à l’encontre de l’affirmation du chef de l’État et de son Ministre de l’Éducation qui annonçaient en mai dernier aux enseignants vouloir consolider le réseau d’écoles en milieu rural, et notamment d’empêcher toute fermeture d’école sans l’accord des Maires… Le Président du Département regrette de plus les décisions du CDEN concernant le secondaire : 10 postes en moins dans les collèges de l’Académie alors que les effectifs augmentent ; 139 postes "sacrifiés" dans les lycées au moment où la réforme en cours génère un niveau de tension rarement atteint, et alors que la réforme du lycée affichait initialement un tout autre objectif. 

Je tiens à rappeler que l’éducation est au cœur de notre identité républicaine. Qu’elle constitue un levier essentiel d’égalité territoriale comme de justice sociale. Aussi, le toujours faire mieux avec moins dans ce domaine ne peut mener qu’à l’échec. Ces décisions de suppressions de postes sont inadmissibles ! C’est pourquoi, je resterai très attentif au traitement qui sera réservé au Pas-de-Calais.